Texte à méditer :  

NON au TRANSFO  mad et au Développement du Rabe cool

   RTE-société anonyme Partenaire de l'EFFONDREMENT ?

Articles

Fermer A -Problème d'accès correct au site

Fermer A Repas champêtre de Plateau Survolté/fin juillet

Fermer Articles dans la presse

Fermer Articles dans la presse II

Fermer Associatif

Fermer Autres problèmes locaux (ou plus large)

Fermer Champs électromagnétiques liés aux lignes THT

Fermer Chroniques/ l'énergie électrique (au sens large)

Fermer Comment puis-je agir?

Fermer Commune de ST VICTOR et MELVIEU

Fermer EOLIEN

Fermer Emissions de radio/Energies, Efficacité, Economies

Fermer Energie décentralisée/ HUE ! On y va !

Fermer Fédération des Grands Causses/ Le Caussenard

Fermer GPI (grands projets inutiles)

Fermer Historique

Fermer Impacts du projet

Fermer L'AMASSADA, cabane de la résistance

Fermer L'Enquête Publique

Fermer Le Théâtre

Fermer Le projet de mégaTransfo "Sud Aveyron"

Fermer Maîtrise de l'Energie

Fermer Notre Dame des Landes 44

Fermer PHOTOVOLTAIQUE

Fermer Quoi de neuf sur ce site!

Fermer RTE, mécène sur le Larzac

Fermer RTE-société anonyme

Fermer Surveillance de vilains projets

Fermer autour du méga transfo

Fermer lignes THT

Dernières Nouvelles


>>>> Abandon du projet initial de Sivens et cyber action - par webMaster le 28/01/2015 @ 16:00

Barrage de Sivens/     Courrier aux 46 conseillers généraux du Tarn, par le Collectif du Testet wink
texte pertinent , de bon conseil                                                     pour tout lire,     clique sur le "+" à droite

Abandon du projet initial de barrage de Sivens :cool

mise en garde contre un 2ème passage en force

Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET

et

Cyberaction Sivens : pour un vrai projet d'intérêt général !


Bonjour à tous.
 
A vos souris pour soutenir la cyber@ction du Collectif Testet :
 
 
Remplir simplement les champs en bas de page, avant les commentaires, et valider en cliquant sur le bouton : "Signer cette pétition".
 
Merci par avance de votre participation et n'hésitez pas à diffuser le plus largement possible.
 
Le Collectif Testet.

 


>>>> inauguration de l'Amassada samedi 24 janvier - par webMaster le 28/01/2015 @ 15:46


>>>> Etude Géocap: relation entre les lignes THT et les leucémies infantiles - par webMaster le 03/12/2014 @ 22:21

Risque de leucémie chez l'enfant : les deux zones à fuir

Alors qu'après demain, un représentant de RTE-société anonyme, directeur de projet du méga transfo , vient pour voir le "niveau de réponse" a apporter à une demande de mesure des champs éllectromagnétiques sous les 14 lignes de notre commune, une étude, étude Géocap (en orbite depuis un bail) aboutit à des liens entre lignes haute tension et augmentation des cas de leucémies infantiles.

Publié Le 1 Décembre 2014 à 16h03 (site Bioaddict.fr)

Une étude scientifique française vient de révéler que le risque pour les enfants de développer une leucémie est accru autour des centrales nucléaires et des lignes à haute tension. Ces deux zones sont donc à fuir pour protéger leur santé.

Arrêter le chantier du barrage de Sivens dans le Tarn, rompre la spirale de la violence, reconstruire les zones humides, repenser l’agriculture ! - par webMaster le 09/11/2014 @ 12:52

Communiqué de Loire Vivante et MNE de Pau :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - 30.10.2014

Arrêter le chantier du barrage de Sivens dans le Tarn, rompre la spirale de la violence, reconstruire les zones humides, repenser l’agriculture !

samedi 1er novembre 2014, par Xavier Bouchet

Mort brutale de Rémi Fraisse durant le rassemblement du Testet : la peine des amis des rivières vivantes est immense

Dans la nuit du 26 octobre, Rémi Fraisse, un étudiant de 21 ans, botaniste pacifique, a perdu la vie sur le site du chantier du barrage de Sivens, sur le Tescou dans le Tarn, sans doute tué par une grenade offensive.

Sa mort brutale sème l’effroi dans la communauté des défenseurs des rivières vivantes, des zones humides, de la biodiversité. Rémi était venu, parmi des milliers d’autres, apporter son soutien à ceux qui s’opposent, dans la non-violence, depuis 2011 déjà à la construction d’un barrage au service d’un modèle d’agriculture industrielle de plus en plus décrié, ce sur la plus belle zone humide du département. Ce jeune homme était venu apporter sa fraicheur, son enthousiasme, son énergie militante pour soutenir ceux qui ont compris qu’il est urgent de construire un modèle plus participatif et moderne de gestion de la ressource en eau. Il a trouvé la mort en venant défendre la Vie, la vie des rivières, la biodiversité, une agriculture plus durable. C’est très grave.
UN GRAND BARRAGE DE TROP POUR LE MAÏS IRRIGUÉ QUI ASPHYXIE LES RIVIÈRES

Cette mort est inacceptable. Cette mort, fruit de la spirale de violence enclenchée par l’Etat local, qui a dévasté en quatrième vitesse la zone humide tout en matraquant ses légitimes défenseurs est aussi l’accident de trop dans une région dont la ressource en eau est pillée depuis 40 ans par une clique au service d’intérêts particuliers. Celle-ci fonctionne dans la plus totale opacité, et impunité, au nom d’un intérêt public confisqué et détourné. L’ancienne connivence, établie dans les années 70 entre élus locaux, institutions telles que la CACG, la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne, les coopératives agricoles telles que Maïssadour, Euralis ou Lurbery avec hélas l’appui de l’Agence de l’Eau Adour Garonne, continue à imposer dans l’irrespect de la biodiversité, du monde paysan, des barrages d’hydraulique agricole par dizaines. Sivens n’est que le dernier avatar d’une série qui prévoit encore la construction de quinze autres grands ouvrages.

Rappelons que, il y a dix ans à peine, l’ouvrage contesté d’Eslourenties a noyé sous 20 millions de m3 d’eau la vallée du Gabas, dans les Pyrénées Atlantiques pour produire toujours plus de maïs industriel : toutes les rivières du sud ouest ont ainsi été mises en coupe réglée pour irriguer environ 600 000 hectares dans les bassins de l’Adour, de la Charente, de la Garonne au profit d’un modèle agricole abusivement subventionné par les citoyens français. Une cinquantaine de grands barrages, en plus de milliers de retenues collinaires ont déjà été crées, pour beaucoup d’entre eux dans les conditions de légalité approximatives, permettant de prélever, et de dégrader chaque année environ 880 millions de m3 d’eau dont la moitié ne retourne pas aux milieux naturels. Ce « vol de l’eau » au profit de quelques uns, financé par la collectivité et les consommateurs d’eau, est indigne d’une grande démocratie européenne. Il faut que cela cesse. Rapidement.
ABANDONNER DÉFINITIVEMENT LE PROJET, PASSER ENFIN À UNE GESTION DURABLE DES RIVIÈRES

A l’occasion de la sortie du rapport de la commission d’enquête reconnaissant les faiblesses criantes du projet dénoncé par le Collectif Testet, il est temps que l’Etat français retrouve ses esprits. Il doit se souvenir de la lettre du Plan Loire Grandeur Nature, lancé en 1994, qui a entériné le fait que les barrages ne sont pas la réponse à tous les problèmes de gestion de l’eau en France. Il doit se rappeler des deux rapports sur l’Eau sortis en 2013 , le Rapport du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable et Rapport Lesage, qui ont proposé une révision en profondeur de la gouvernance des agences de l’eau. Il doit se souvenir que l’engagement de la jeunesse en faveur de la conservation de la nature est une indispensable promesse d’avenir. L’Etat doit donc, sans se cacher derrière son ombre, définitivement stopper le chantier de Sivens, comme ont aussi, été arrêtés d’autres chantiers de grands barrages dans le monde, aux Etats-Unis, en Pologne, en Allemagne, en Autriche, en Espagne. Oui, il faut ouvrir les chemins neufs du dialogue avec une société civile qui ne supporte plus l’arrogance de quelques caciques locaux et d’un lobby agricole outrancier. Oui, il faut enfin écouter la partie du monde paysan qui souhaite une autre agriculture que celle qui saccage. Oui, il faut considérer que la conservation de la biodiversité est une assurance pour notre avenir à tous. Oui, il faut se souvenir de Rémi Fraisse. Aucun compromis n’est possible sur le site d’un ouvrage aujourd’hui ensanglanté.
L’EXEMPLE DE LA « LOIRE VIVANTE », FRUIT D’UNE NON-VIOLENCE PARTAGÉE

Un changement qui nait de l’intelligence collective est possible. Entre 1989 et 1994, SOS Loire Vivante a occupé pacifiquement pendant 5 années le site de Serre de la Fare, en Haute-Loire, pour afficher la détermination de la société civile face à un programme d’aménagement de grands barrages inutiles sur la Loire, « dernier fleuve sauvage d’Europe ». C’était il y a 25 ans. Il y a eu à l’époque de nombreux accrochages avec les forces de l’ordre républicain, mais jamais une violence similaire à celle déployée par l’Etat local contre les citoyens, militants, paysans, scientifiques défendant la riche zone humide de Sivens. L’Etat, à l’époque, a toujours su ménager l’espace de dialogue nécessaire que refusaient les élus locaux bornés et mal informés. En suite de la contestation, le gouvernement a définitivement abandonné les grands barrages prévus et lancé un instrument pilote de gestion durable de la Loire, le Plan Loire Grandeur Nature. Personne ne regrette ce choix, qui a permis de refonder une partie de la politique de l’eau et des fleuves en France, sauf dans le Sud Ouest. Le Plan Loire est un modèle, qui rayonne jusqu’en Chine. Faisons de même pour Sivens et au-delà, et revoyons tout le logiciel archaïque d’aménagement des rivières du Sud Ouest. Mais, pour cela, il faut d’abord que l’Etat local, la préfecture et le Conseil Général stoppent le cycle de violence qu’ils ont amorcé, en refusant depuis 2011 tout échange avec la société civile. Ils doivent annoncer rapidement l’abandon de ce projet d’un autre âge, et commencer à réfléchir, avec toutes et tous, à la réhabilitation du site.

RECONSTRUISONS, ENSEMBLE, LA ZONE HUMIDE DU TESTET !


Destruction d'une zone agricole à Vabres-L'abbaye - par webMaster le 09/11/2014 @ 12:48


Voici pour les personnes qui prennent à coeur  l'agriculture paysanne et la préservation de l'Environnement.
  une zone artisanale et commerciale de 7 hectares à  à Vabre l'Abbaye (12) , sur des terres cultivées.

Rappelez vous  de cette énormité  :  "l'équivalent d'un département  qui disparaît sous le béton tous les 7,  ou 8 ans" en France "

RTE en France, c'est l'assignation , la tentative d'intimidation, - par Poldeu le 07/02/2014 @ 20:11

RTE c'est l'assignation , la tentative d'intimidation:exemples à St Victor et ailleurs



http://antitht.noblogs.org/1462)
>
> 3 personnes étaient convoquées ce jeudi 23 janvier 2014 au tribunal de
> Laval (voir appel : http://antitht.noblogs.org/1424) pour avoir, dans le
> cadre d’une enquête ouverte pour des faits de “dégradations… et
> participation à un attroupement formé en vue de la préparation des dites
> dégradations”, refusé de se soumettre aux relévés d’empreintes, photos et
> prélèvement ADN..
>
> RTE s’était déjà adjoint les services de l’état par le biais de ses
> préfectures, de ses gendarmes, afin de violer nos terres pour y installer
> ses pylones. Aujourd’hui, c’est le parquet de Laval qui se met au service
> de RTE pour tenter, sous la menace d’un an emprisonnement et de 15000€
> d’amende, de violer notre intégrité physique, en voulant nous soumettre à
> ce prélèvement ADN.
>
> L’avocat de la défense ouvre le bal en plaidant la nullité de la
> procédure, des pièces manquent au dossier : les PV de demandes de
> prélèvement, et ceux actant le refus !! Deux PV sont bien arrivés par fax
> , la veille, au cabinet de l’avocat…
> Manque de bol, par précipitation sans doute, le parquet s’est trompé
> d’intitulé : le texte de loi auquel il fait référence parle de refus dans
> le cadre d’une vérification d’identité, or les 3 sont convoquées dans un
> autre cadre (voir plus haut)…
>
> En clair, dans le langage des “gens de droit”, le procureur (celui qui
> poursuit), dans son empressement à taper sur  des opposants à la
> THT, s’est loupé et est invité à revoir sa copie. Y’aurait un problème de
> vocabulaire qui dirait qu’on s’est peut-être déplacés pour rien…
>
> Le président du tribunal est ensuite pris à témoin, “vous avez eu accès au
> dossier d’accusation en ce qui concerne les faits de dégradation, vous ne
> pouvez que constater que rien ne permet de prouver que les prévenus se
> soient rendus coupables des dites dégradations. En clair : le dossier est
> vide.”
>
> “Nous sommes là pour juger les refus de prélèvement, pas le fond du dossier…”
>
> “Vous rendez les jugements “au nom du peuple français”, le peuple a le
> droit de savoir !”
>
> Sur la centaine de personnes, dont quelques élus, qui s’était déplacée à
> Montaudin pour un déboulonnage symbolique d’un pylone en construction au
> printemps 2012, seules 3 personnes sont à la barre. Ces personnes
> auraient-elles été choisies par hasard ? Chose troublante, 2 des 3
> personnes convoquées ont déposé une plainte contre RTE, la préfète de la
> Mayenne et les gendarmes… Plainte classée sans suite par le procureur de
> Laval : celui-là même qui rappelle que la loi est la même pour tout le
> monde !?!
>
> Que le “peuple français” se rassure, la plainte est en ce moment instruite
> par un juge d’instruction.
>
> Puis vient le tour du dernier prévenu, cerise sur le gâteau. “Je me
> demande ce que je fais là. Le jour des faits, je n’étais pas présent à
> Montaudin, je n’apparais sur aucune des photos prises sur place (40 000
> nous a-t-on dit !!!). L’embarras se lit sur le visage de la procureure… et
> sur celui du juge.
>
> S’il fallait encore démontrer que les poursuites avaient pour seul objet
> la condamnation de militants pour leurs opinions, preuve en était faite.
>
> La procureure, qui s’était montrée plutôt agressive dans les affaires
> précédentes, requiert une peine d’amende (sans en préciser le montant) et
> ne s’oppose pas au sursis !! Se dégonflerait-elle ?
>
> L’avocat des trois militants a quant à lui plaider ce qui lui semble la
> seule issue possible à ce procès : la relaxe.
>
> Décision mise en délibéré au 20 février à 14h.
>
>
> --------------
> Fond de soutien pour les frais de justice :
> Chèque à l’ordre de l’APSAJ – Association pour la solidarité et l’aide
> juridique,
> APSAJ, 6, cours des alliés, 35000 Rennes
> RIB : 42559 00055 41020014732 07
> IBAN : FR76 4255 9000 5541 02001473 207/BIC : CCOPFRPPXXX

Le collectif 34 ramène les piquetages de parcs éoliens à la sous-Préfete de Lodève - par webMaster le 15/01/2014 @ 15:43

Le collectif 34 qui lutte contre plusieurs projets de parcs éoliens sur l'Escandorgue (nord de l'hérault, à l'ouest de Lodève) a fait dernièrement plusieurs actions. Voir entre autre,l'article du Midi Libre  cool

Hérault : les anti-éoliens occupent le siège du Parc naturel régional - par webMaster le 20/12/2013 @ 15:03


L'occupation du PNR des Grands Causses en Aveyron fait des émules. Tant mieux.

article du Midi-Libre
Ambiance tendu devant le siège du Parc;
http://www.midilibre.fr/2013/12/11/les-anti-eoliens-occupent-le-siege-du-parc,795851.php


Une cinquantaine de personnes a occupé le siège du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, mercredi à la mi-journée à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault). Une occasion supplémentaire de réaffirmer leur opposition à l'éolien industriel dans les Hauts-Cantons.

Mercredi sur le coup de midi, une cinquantaine de personnes a occupé le siège administratif du Parc naturel régional du Haut-Languedoc en demandant à être reçu par le président Daniel Vialelle, ou un des vice-présidents, pour évoquer la question de l’éolien industriel sur le territoire.

Engoulevent et autres mouvements anti-éolien

"Comme nos camarades du Parc des Grands Causses qui avaient conduit une action similaire et pour les mêmes raisons la semaine dernière, nous nous posons la question de savoir si on se moque de nous", soulevait Pierre Blondeau aux côtés de militants d’Attac Jaur-Somail, Hurlevent, Engoulevent et autres mouvements anti-éolien.

Une ambiance tendue

Dans un climat tendu où le projet du site éolien de Ferrières-Poussarou vient de passer le cap de l’enquête publique, un récent article du Canard enchaîné met sur la sellette le rôle de la Ligue protection des oiseaux (LPO) chargé par EDF Energies nouvelles des études d’impact sur l’avifaune de ces moulins à vent des temps modernes.

"C’est hallucinant : d’un côté la LPO reçoit de l’argent public pour sauvegarder le faucon crécerellette et de l’autre travaille pour un opérateur qui le massacre", dénonce le célèbre hebdomadaire satirique.

Le retrait du projet des Avants-Monts exigé

Autant de braises pour alimenter le feu de la contestation et demander le retrait du projet des Avants-Monts et l’organisation d’un référendum populaire. Quelques heures plus tard, sans avoir été reçu par un responsable politique, les manifestants ont levé le camp en promettant de revenir un de ses prochains jours encore plus déterminés. À suivre…


Occupation des locaux du PNR, vassal productiviste de RTE - par webMaster le 01/12/2013 @ 22:36

Ce vendredi 29 novembre , après un solide cortège funéraire sur le marché de Millau, les opposants au méga transfo ont investi les locaux du Parc Naturel régional des grands Causses et décoré la façade d'affichages dénonçant le projet inutile et nuisible, ainsi que la collaboration du PNR (qui est celle des élus locaux en général).
Le sénateur Fauconnier, maire de Saint Affrique et......... president du PNR et , ...
est venu quelques heures après,  "échanger" avec les opposants. Il s'est déclaré pour ce projet car c'est un équipement d'état (Etat). Visiblement, c'est à peu près tout ce qu'il savait dessus. Beaucoup de questions lui ont été posées et de tentatives d'explications faites, mais un gros vide de dialogue et des réponses avec les mains.
Il a indiqué, sans rigoler,  que lors des 3 "concertations" (c'est un terme issu de la cirulaire Fontaine)  qui avaient validé le projet sur Saint Victor,  la participation du PNR (un élu et un technicien) qui faisait partie des validants n'était que consultative et que le Parc n'avait pas encore donné son avis.
A la nuit tombée, le maire, sénateur, président était assis  au bureau d'entrée des locaux ... avec son portable-compagnon.
biggrin
Pour tenter de s'informer:
- un article du Midi Libre le samedi
- un du dimanche (peu renseigné, le pauvre): http://www.midilibre.fr/2013/11/30/le-parc-investit-par-des-militants-survoltes,790677.php
- FR3 Quercy Rouergue: http://www.mirpod.com/podcast-player.php?6961/France-3-Quercy-Rouergue-Journal&lang=fr
cliquez sur le lien du 29 novembre
- un article de la Dépeche (Millau-Rodez)
- un podcast de radio Totem: http://podcasts.radio-totem.net/get/63983




RTE , le Retour - par webMaster le 28/09/2013 @ 18:04

RTE a prévenu, vite fait,  les propriétaires des parcelles convoitées pour y implanter le vilain mégatransfo,  de sa venue lundi 30 septembre, pour commencer des études de terrain.
wink

REPAS CHAMPETRE de PLATEAU SURVOLTE VEND.26 JUILLET - par webMaster le 14/07/2013 @ 14:55

VENDREDI 26 JUILLET (rectificatifs: ballade 17heures; groupe de musique trad: "Les Otant'Oc"
Le programme  et les infos sur le fly en pièce jointe.
C'est le 4ème repas champêtre de l'association qui lutte donc depuis 4 ans contre le  projet de méga Transfo "Sud Aveyron", contre RTE , ...


Ballade instructive à la Plaine,  Prises de paroles et informations, Repas champêtre, Soirée animée par le groupe "Otan'toc" et atelier de Danses traditionnelles, ... petit loto et panier garni.

wink

RTE assigne en référé 4 agriculteurs et propriétaires - par webMaster le 18/06/2013 @ 10:26

Suite à la non pénétration des géologues de RTE sur les parcelles convoitées, RTE assigne en référé 4 agriculteurs et propriétaires pour une audience le jeudi 20 juin au TGI de Rodez.Renvoi au  4 juillet et le  délibéré de la juge sera connu le 8 aout.
Rappel: RTE, possédant un arrêté préfectoral voulait pénétrer sur les parcelles agricoles cultivées le 6 mai 2013. Or les culures fourragères étaient proches de la récolte. Et le projet de méga poste industriel d'évacuation d'énergie électrique est toujours aussi peu plébiscité en sud Aveyron.
Dans ce contexte les 2 géologues n'avaient pu piétiner les ray grass et autres fétuques par leurs passages  sur des bandes espacées de 5 m, une centaine de sympathisants du Plateau étant présents. (voir nouvelles précédentes).
Réponse suivante de RTE: on assigne les agriculteurs. On les menaces de 1500 € et 2000 € si ils disent qu'ils sont opposés à la pénétration, pour chaque opposition.
Bientôt, la suite   smile

émission radio: lignes THT en Normandie et en sud Aveyron - par webMaster le 18/06/2013 @ 10:08

Sur Radio Saint Affrique, l'émission est du 25 mai 2013:

Bonjour

L'émission de radio tensions parasites et courants vagabonds consacrée au transformateur de St Victor et aux lignes THT est sur les ondes!

Un grand merci pour vos témoignages.
Voila le lien internet pour l'écouter
http://www.radiosaintaffrique.com/emissions/tensions-parasites-courants-vagabonds

J'espère qu'elle vous plaira...




RTE et les géologues n'ont pas pénétré sur les parcelles cultivées - par webMaster le 12/05/2013 @ 00:40

RTE et les géologues n'ont pas pénétré sur les parcelles cultivées, ce lundi 6 mai.
Le responsable concertation de RTE s'est présenté bien après 14 heures sur le Plateau, au lieu dit la Plaine avec un géologue. Une  dizaine de gendarmes étaient présents, (deux d'entre eux arborait chacun un  beau TAZER vert et jaune). Une centaine d'habitants et de voisins du saint affricain et du Levezou tenaient des cordes symboliques délimitant la parcelle. FR3 et le Progres St affricain étaient présents. Le JT Quercy Rouergue de FR3 de 19 heures a bien décrit cette opposition et la situation générale.
Apres de nombreux palabres d'"information" le responsable de RTE est reparti avec le technicien, après que l'huissier convoqué par RTE ait fait son constat. Idem pour les gendarmes et l'habituel fonctionnaire des RG avec sa moisson de photos.
Beau temps, belle journée citoyenne. Beaucoup de personnes se sont exprimées.
(Bientot l'article du Progres.)

pénétration dans les parcelles agricoles pour études - par webMaster le 28/04/2013 @ 22:44

Fin avril 13: RTE a son arrêté préfectoral pour pénétrer sur les parcelles agricoles et compte débuter sous peu des études  de sol avec des capteurs (début mai).
L'arrêté a été pris le 8 janvier 2013, mais bien planqué aux administrés. Quand respecteront ils les règles qu'ils nous opposent?

tongue

l'arrêté préfectoral du 8 janvier 2013

la loi de 1892 sur la pénétration pour études

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 ] SuivantFin
QUOI DE NEUF SUR CE SITE, depuis ma dernière visite
Pour ceux qui pratiquent  le site: un moyen de repérer les nouveautés sans faire un tour complet des "articles", des "téléchargements", etc...

Pour cela, CLIQUEZ ICI

Contact Plateau Survolté
 Email du Collectif
"Plateau Survolté":

p lateausurvolteAROBASEsu daveyron  org

cool
adresse postale:
Asso Plateau Survolté
Le Bourg
Saint Victor
12400 Saint Victor et Melvieu
Pétition en ligne
Pour signer en ligne la pétition
contre le poste de transformateur
400 000 volts/225 000 volts
à ST VICTOR/ sud-Aveyron / France
(Continuez à signer, commenter)
cool

La petition.be a mangé la grenouille?

AGENDA
Recherche



Les Aventures de ...

 Les Aventures de MARTINE: biggrin

- Martine en voyage (1954)
- Martine et Paul construisent un transformateur de 10 hectares (Edition mai 2010)


Martine Debiez était  la directrice du projet de RTE(sa) . Depuis elle a vogué vers d'autres projets. Et c'est un  Monsieur Perrin qui l'a remplacé, puis un monsieur Thibaud Chatry.
Paul Boulvrais était le sous Préfet en poste à Millau au début de cette vilaine histoire.
  D'autres acteurs (élus) ne sont pas dans les "Aventures de ...) et l'on peut le regretter.

tongue Pour faire un bon projet imposé, il faut :
- du privé : RTE-sa s'y emploie, mais a un gros vernis "public". Derrière ce "gestionnaire" il y a des instalateurs de "ventilateurs"(éoliennes industrielles imposées et pour l' " évacution")
- du public (RTE-sa en tant qu'ayant (entre autres) une "mission" de service public;  et les services de l'Etat, en commençant par préfecture, sous préfecture, puis des services sympas comme la DREAL (le "E", c'est pour "environnement")
- des "chambres" consulaires: celle d'Agriculture, par exemple
- Et, ... des élus
Là, alors, c'est bien parti. Il faut mettre les choses (élus, chambres, privé, public)  dans le bon ordre et surtout, surtout se débrouiller à ne pas avoir à faire avec les citoyens.
C'est du grand art.cool
 
SPECIAL ST VICTOR et MELVIEU

Fermer Commune de ST VICTOR et MELVIEU

^ Haut ^